“The Minotaur of carton”

Eupalinos Ugajin a fait une belle photo de mon build sur Studio Egg. Je crois qu’il a posé la sculpture sur la sim Ouvroir à coté du cirque. Je vais allé voir 🙂

Pour donner quelques pistes de lectures de cette sculpture. Thésée dans le mythe tue le Minotaure endormi. Ici le Minotaure est bien réveillé, mais c’est un faux. Il est enchâssé dans une table en carton qui est la simulation du labyrinthe mais aussi une sorte de table de contrôle sur laquelle Thésée pose ses mains. Le Minotaure paraît posé sur la table , extrait de la table comme un personnage dessiné sur un jeu d’arcade ou sur un fleeper. Thésée est le joueur et le Minotaure le personnage impressionnant mais inoffensif de ce jeu. Thésée joue donc à se faire peur. Il s’agit dans mon esprit d’une métaphore du jeu vidéo. La peur est jouissance mais il n’y a pas de risque réel. Il est intéressant de s’interroger sur la peur, alors qu’en ce moment des gens meurent par centaines portés par des révolutions bien réelles. C’est aussi une interrogation sur la notion de représentation. Il n’y a pas plus de réalité dans un personnage en 3D que dans un dessin. Tous deux sont des images et les dessins qui recouvrent certaines parties de la sculpture n’ont pas moins de réalité que les personnages en 3D, ceux là ne prennent une plus grande réalité que parce que dans un monde virtuel nos avatars tournent autour d’eux dans un univers immersif totalement fictif. L’art est donc dans l’interaction que l’on peut avoir avec les images et au crédit que notre imagination veut bien leur donner. Je me suis inspiré pour les dessins d’Ariane , de Thésée et du Minotaure de vieilles céramiques grecques. La réalité actuelle de ces dessins est donc un vestige, et tout dessin est un vestige. La représentation dessinée de la réalité même déformée donne des objets rassurants et distanciés. A travers eux, nous nous confortons dans notre réalité qui prend du sens, mais à quel point cette représentation véhicule t-elle une idée réactionnaire de notre société ? C’est le devoir de l’artiste de mener devant le regard des gens des images ou des objets qui les déstabilisent un peu qui les posent dans un inconfort momentané. Le spectateur  amené à se poser des questions face à ce qu’il ne comprend pas , adhère en s’adaptant et donc évolue, ou rejette l’image qui le gêne en refusant de la voir. Une œuvre qui ne mène pas son spectateur à ce point est purement décorative et donc sans grand intérêt. D’autre part la notion de  beauté est purement passagère et un peu de laideur ne fait que la sublimer pour mieux séduire. La beauté de Thésée, qui séduit Ariane est pour lui aussi un moyen de tuer le Minotaure ce qui est son premier but.

To give some tracks(runways) of readings of this sculpture. Theseus in the myth kill sleepy Minotaure. Here Minotaur is woken well, but it is a forgery. He is set in a cardboard table which is the simulation of the labyrinth but also a kind of table of control on which Theseus puts the hands. Minotaur seems put on the table, extracted from the table as a character drawn on a video game or on a fleeper. Thésée is the player and the Minotaure the impressive but harmless character of this game. Theseus thus play to frighten. It is a question in my spirit of a metaphor of the video game. The fear is enjoyment but there is no real risk. It is interesting to wonder about the fear, while at the moment people die by hundreds carried by very real revolutions. It is also an interrogation on the notion of representation. There is not more reality in a character in 3D than in a drawing. Both are images and drawings  which recover certain parts of the sculpture have not less reality than the characters in 3D, those there take a bigger reality no than because in a virtual world our adversities turn around them in an immersif totally fictitious universe. The art is thus in the interaction which we can have with the images and on the credit which our imagination indeed wants to give them. I was inspired for the drawings of Aradne, Theseus and Minotaur of old Greek ceramic. The current reality of these drawings is thus a vestige, and any drawing is a vestige. The representation drawn by the reality even deformed gives reassuring and distanced objects. Through them, we consolidate in our reality which sets of the sense, but in what point conveys  this representation a reactionnary idea of our society ? It is the duty of the artist to lead in front of the glance of people of the images or the objects that destabilize them a little which put them in a momentary discomfort. The spectator brought to ask questions in front of what he does not understand, adheres by adapting itself and thus evolves, or rejects the image which hampers him by refusing to see it. A work which does not lead his spectator so is purely ornamental and thus without big interest. On the other hand the notion of beauty is purely temporary and a little of ugliness is only sublimating it to seduce better. The beauty of Theseus, which seduces Ariadne is for him too a means to kill Minotaur what is its first purpose.

2 thoughts on ““The Minotaur of carton”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *